Réunion du 03 avril 2024 : visite à Lemptégy

Quelques photos de notre belle visite hier du volcan de Lemptegy super intéressante avec différents parcours proposés, nous avons récupéré des dossiers pédagogiques collège et lycée, pour celles et ceux qui sont intéressés, nous pouvons vous les faire passer.

Nous avons suivi hier la visite citoyenne.

Voici les différents parcours possible :

https://www.auvergne-volcan.com/groupes-scolaires/colleges

https://www.auvergne-volcan.com/groupes-scolaires/lycees-universites/#lycee-general

LES PROFESSEUR.ES DOCUMENTALISTES MAINTENANT PROFESSEUR.ES PRINCIPAUX.ALES !

À la fin mai 2023, l’A.P.D.E.N., dans un courrier à l’institution, développait un certain nombre de remarques au sujet de la rémunération des professeur·es documentalistes, dans le contexte de déploiement du Pacte. Nous y regrettions une absence de revalorisation salariale, avec des primes plutôt qu’une hausse des salaires, tout en saluant l’alignement de notre indemnité de sujétion particulière (ISP) sur l’indemnité de suivi et d’orientation des élèves (ISOE). Nous concluions sur l’idée que la profession est toujours attentive à ce que sa mission pédagogique soit reconnue par une inspection spécifique, par la création d’une agrégation, par une véritable politique de recrutement, par une égalité réelle avec les autres enseignant·es, ce qui passe notamment par un alignement statutaire salarial et indemnitaire, une capacité d’être admis à la fonction de professeur·e principal·e, etc. [1]

La Direction générale des ressources humaines du Ministère de l’Education nationale (DGRH) nous a envoyé une réponse par courrier en mars 2024, organisée en trois points, dont l’un peut apparaitre comme une véritable avancée pour la profession, après tant d’années de demande par l’A.P.D.E.N.

1. LA REVALORISATION DE LA RÉMUNÉRATION : SEUL PROGRÈS PÉRENNE, L’ISP

Sur ce point, la DGRH rappelle dans le courrier l’alignement de l’ISP sur l’ISOE. Elle considère par ailleurs que le Pacte répond au souci de revalorisation globale de la rémunération. Enfin la DGRH précise que le taux de promotion est relevé progressivement, mais sans autre revalorisation salariale.

2. L’AGRÉGATION : TOUJOURS PAS À L’ORDRE DU JOUR

La DGRH considère ici que l’agrégation ne peut être à l’ordre du jour pour les professeur·es documentalistes. Son explication repose sur un opposition entre les objectifs de ce concours (recruter des enseignant·es formé·es pour les élèves de classes préparatoire et du supérieur) et une vision, pour le moins restreinte, des missions et « positionnement » actuels des professeur·es documentalistes, puisqu’elle fait seulement mention du collège comme « moment privilégié de l’éducation aux médias et à l’information ».

L’argument est curieux, il manque de convaincre, et c’est à nous d’y répondre en montrant que l’information-documentation s’enseigne à tout niveau, sans cadre privilégié, bien au contraire.

3. ÊTRE PROFESSEUR·E PRINCIPAL·E : ENFIN UNE AVANCÉE !

Bonne nouvelle pour finir : nous lisons dans le courrier de la DGRH que « les professeurs documentalistes peuvent assurer la fonction de professeur principal prévue à l’article D.421-49-1 du code de l’éducation » et qu’ils « peuvent bénéficier de la part modulable de l’indemnité de suivi et d’orientation des élèves (ISOE) », fixée entre 1300 et 1500 euros brut par an selon le niveau. La DGRH précise enfin que « les blocages techniques existants au niveau des SIRH [systèmes d’information pour les ressources humaines] devraient prochainement être levés » pour permettre de bénéficier de ce paiement.

Constatons pour finir que l’insistance et la persévérance des actions conjointes de l’association professionnelle et des organisations syndicales portent leurs fruits. Nous devrons encore toutefois rester vigilant·es, dans les académies, pour que ces fameux « blocages techniques » soient levés.

NOTES

[1] Courrier en intégralité disponible sur : https://apden.org/Remarques-sur-le-projet-de-remuneration-Pacte.html

Littérature adaptée

Nous sommes tous et toutes confrontés à des élèves faibles lecteurs ou en difficulté, par exemple à cause d’une dyslexie. Pour autant certains de ces élèves ont envie de lire… ou doivent lire des livres pour le cours de français.

Globalement, quelques maisons d’édition ressorte plus spécifiquement : Les mots à l’endroit, Castelmore, La plume de l’Argilète, Flash Fiction chez Rageot…

Intervention journalisme / fake news / véracité de l’information

« Lumières sur l’info » est une association de journalistes professionnels qui intervient depuis 2018 dans les collèges et les lycées pour aider les adolescents à débusquer les infox. Leur méthode consiste à partir des infos que s’échangent les élèves entre eux et à leur donner des outils pour accroître leur vigilance.

Ils se déplacent en province pour 250 euros pour une demi journée d’intervention et 400 euros pour une journée.

Ils proposent également des interventions en visio conférence pour s’adapter à la situation sanitaire.

Voici un exemple de ce qu’ils proposent :

Module d’enseignement : Mensonges et Médias

Concept pédagogique

L’intervention se déroule en deux parties. Dans une première partie, nous récoltons l’information, c’est-à-dire nous demandons aux élèves de nous montrer des exemples de ce qu’ils regardent sur internet.

Lors d’une deuxième intervention, nous remontons jusqu’à la source des infos. Nous vérifions qui a mis ces informations sur internet et dans quel but. Puis nous décidons avec les élèves quel est leur degré de crédibilité. Le but est d’amener les élèves à répéter cette opération à chaque fois qu’ils cherchent des informations sur internet.

Vous trouverez ci-dessous les liens vers leurs différents supports :

Chaine YouTube  Mytho : Scotty et Maïssa montrent comment ne pas se faire avoir par des fausses nouvelles. https://www.youtube.com/channel/UCEvjOO-b1fycyQ6MpZyvQgw

Instagram : notre jeu « mytho pas mytho »  https://www.instagram.com/mythoyt/?hl=fr

TikTok : petites vidéos rigolotes contre les fausses nouvelles  https://www.tiktok.com/@mythoyt

Chaine YouTube Lumières sur l’info : comment l’info circule sur les réseaux sociaux

https://www.youtube.com/channel/UC5FRJ8ZvNpqNpIqsCT6jDsw

Site internet Lumières sur l’info

https://lumieres.info

Association Lumières sur l’info
10 rue Gît-le-Cœur

75006 Paris

Rencontres avec un chercheur

 

L’association loi 1901 Cercle FSER basée à Paris est soutenue par la fondation Schlumberger, qui récompense des chercheurs. Elle a pour but de mettre en relation des chercheurs volontaires et demandeurs et un public, scolaire ou non.

Pour ce faire, deux actions ont été mises en place :

  • le programme Declics, qui a pour vocation des rencontres physiques entre chercheurs et public (rencontres qui ne peuvent avoir lieu que dans des villes universitaires)

  • le Comptoir des Sciences met facilement en relation les enseignants avec des scientifiques de la discipline de leur choix afin d’organiser des visioconférences d’une heure. Il suffit pour cela aux enseignants de s’inscrire sur ce formulaire (bit.ly/CdSPublic) et ils seront mis en contact directement. 

Ce programme est entièrement gratuit et repose notamment sur l’engagement bénévole des chercheurs. Les enseignants s’inscrivent, avec leur niveau, leur thématique, et Comptoir des Sciences se charge de mettre en contact un chercheur et l’enseignant. Ils s’organisent alors entre eux pour programmer une visio-conférence.

Attention souvent les chercheurs font une visio conférence pour un groupe donné. Si l’on veut que toutes les divisions d’un même niveau participent, il faut bien préciser la demande.

La base de chercheurs est assez dense, le projet manque d’établissements scolaires.

Retrouvez ces infos sur le site national : https://apdep.org/

JnF

Les Journées nationales de Formation de l’APDEP se dérouleront en distanciel du 17 au 19 mars  2021.

 

Le teaser : :

L’inscription pédagogique :  :

 

L’inscription administrative sur Formiris :

La bibliothèque idéale

En tant que professeur documentaliste, nous sommes sollicités par les libraires, les éditeurs, … pour proposer des pistes de lecture à nos élèves.

 

Au sein des profs docs de l’association, quand on leur pose la question « Quels sont les 5 livres indispensables dans « ton » CDI ? » , la réponse c’est :

Visioconférence du 25 novembre 2020

Compte-rendu de la réunion du 25 novembre 2020

Nous nous sommes donc retrouvées en visioconférence pour la première fois depuis l’existence de notre association.
Ce fut un vrai moment d’échange et de convivialité dans la bonne humeur.

Le grand oral
Compte-rendu fait par Sandrine et Valérie qui ont assisté à une formation sur le grand oral avec un IPR de lettres modernes et Annie Ballarin IPR de vie scolaire et de documentation.
Le jury sera en principe constitué d’un enseignant de discipline et d’un professeur lambda qui peut être le professeur documentaliste.
Notre implication dans ce dispositif est indispensable.
Le diaporama présente les exigences pour le bac général (coef 10) et le bac technologique (coef 14).

Continuer la lecture de « Visioconférence du 25 novembre 2020 »

Le rapport Studer

L’intégralité du rapport est à retrouver sur : http://www.assemblee-nationale.fr/15/rap-info/i1296.asp

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS

1. L’enseignement du numérique à l’école

Ø Proposition n° 1 : renforcer la part de l’éducation aux médias et à l’information dans les horaires, en l’inscrivant au programme d’éducation morale et civique au moins une année au collège et au programme d’humanités scientifiques et numériques au moins une année au lycée.

Ø Proposition n° 2 : conforter la dimension disciplinaire de l’EMI et, en conséquence, bâtir un programme autonome d’éducation aux médias et à l’information, centré autour de la notion de citoyenneté numérique.

Ø Proposition n° 3 : faire des professeurs documentalistes le pivot de l’EMI, dans le cadre d’une pédagogie de projets.

Ø Proposition n° 4 : renforcer la place de l’éducation aux médias et à l’information dans le plan national de formation des enseignants et dans les plans académiques de formation.

Ø Proposition n° 5 : inscrire la notion de « fausse science » dans les programmes d’histoire, de physique et de sciences de la vie et de la Terre.

Ø Proposition n° 6 : renforcer le rôle du CLEMI, en augmentant ses moyens, en en faisant l’interlocuteur privilégié des professeurs sur les questions d’éducation aux médias et à l’information, et en l’incitant à conclure des partenariats.

Ø Proposition n° 7 : créer un CAPES et une agrégation d’informatique.

Continuer la lecture de « Le rapport Studer »